Ils parlent de nous

Goûtez voir Cézanne en collaboration avec l’office de tourisme d’Aix en Provence

Trois chefs de la région étaient chargés de réaliser un menu à la fois régional et d’aujourd’hui.
Pari tenu et réussi par Olivier Scola de Ze Bistro à Aix-en-Provence ;
René Bergès de La Table de Beaurecueil ; et Richard Lepage du restaurant Le Grand Puech à Mimet.
On se souviendra longtemps de la Longe de veau cuite à la plancha, tartine de légumes de saison et jus osso bucco.
L’accueil, l’organisation et la convivialité qui régnaient entre les tables montraient à quel point la bonne chère et les vins de qualité sont source d’amitié et de plaisir. Donc de bonheur. Voir ici

Une maison à fréquenter sans modération

Rue Manuel, Ze Bistro fait dans la belle gastronomie. Il faut dire qu’Olivier Scola, dont la réputation n’est plus à faire, a fait ses armes dans les plus belles maisons. Avec la convivialité en toile de fond, c’est dans un cadre raffiné et lumineux que ce chef prend le temps de bavarder avec ses hôtes pour expliquer le choix des plats et des vins. A midi, choisissez le menu du jour qui exprime bien la saison et les produits du marché. A consulter régulièrement sur le site internet. Olivier emprunte aux terroirs, d’ici et d’ailleurs, pourvu que le produit soit irréprochable et développe une inspiration sans frontière. Donc vous découvrez ici une cuisine inventive, savoureuse, voire carrément réjouissante ! Le soir, le menu dégustation en six plats est un vrai festival. Allez, juste pour vous donner l’eau à la bouche : boeuf black angus (noix d’entrecôte, langoustines rôties, romaine au jus..), le veau est cuit au sautoir et accompagné de jus de grenade, artichaut et citron confit. Ne ratez pas l’assiette de fromages affinés par René Pellegrini. Au dessert ? Une salade fraîche d’orange et dattes rehaussée d’une crème de thé noir, fraîcheur mentholée, un pur délice. Une bien belle maison à fréquenter sans modération. Le Petit Futé

Un style sincère et convivial

On avait l’habitude de s’y rendre les yeux fermés, la gueule ouverte, convaincu par la cuisine confiante et originale d’un jeune chef sérieux, formé chez Eric Briffard, Philippe Labbé, Thierry Marx et on en passe. On prendra garde cette année d’ouvrir l’oeil car Ze Bistro, toujours aussi appétissant, a déménagé près du Palais du Justice. Plus grand, plus chic, tons naturels, demi-niveaux feutrés et paravents de bois japonisants. On y retrouve Olivier Scola et sa barbichette souriante au sommet de sa forme, plein d’ardeur et d’envies. Il mélange comme il sait si bien faire vieilles recettes canailles et créations dans l’air du temps, sautant d’une tartine de lapin mélisse-citronelle à une sole normande aux topinambours et à la vanille, ou un onglet de veau au jus café-passion. Il privilégie un style sincère et convivial, rehaussé de fins mariages. Le Guide Gantié

Lorsque le talent et la personnalité s’unissent

Dans son restaurant de la rue Manuel, Olivier Scola s’est entouré d’une équipe souriante et efficace dans la discrétion. Ce génial fou des terroirs n’a pas son pareil pour exacerber les saveurs et magnifier les produits qu’il travaille. Une cuisine novatrice, inspirée, réjouissante. Lorsque le talent et la personnalité s’unissent au service de la gastronomie. La visite s’impose. Gens du Sud

Des Saveurs vives, précises, énergiques

Le restaurant est beau et confortable, aménagé en espaces cloisonnés qui autorisent les conversations plus intimes. La carte s’est sophistiquée et les références à l’Asie abondent. Scola épate en servant un crabe mou en tempura accompagné d’une vinaigrette wasabi-daïkon et shiso. Les saveurs sont vives, précises, énergiques. Le chef est au meilleur de sa forme. A Table/La Provence

Un endroit qui en jette

Olivier Scola envoie des plats goûteux et originaux, des bons produits saisonniers à la juste cuisson. La belle salle au mobilier de bois clair, la cave façon bibliothèque et l’accueil chaleureux en font un endroit qui en jette… Urban Guide/Côte Magazine

Le goût des bonnes choses

Olivier Scola revisite les classiques avec fantaisie en fonction de son humeur, des saisons et des produits sur les étals des marchés. Dans l’assiette les mets enchantent, surprennent, rappellent le goût des bonnes choses d’autrefois. Homme

L’authenticité du produit

Avec des grands parents basques et une jeunesse marseillaise, Olivier Scola puise son inspiration dans les deux cultures pour élaborer des plats où domine l’authenticité du produit magnifié par les sauces. Une cuisine franche et goûteuse. Terre de Provence

Il cuisine « avec amour »

En suivant les saisons, Olivier Scola cuisine des produits d’exception: « Ils sont bons comme ça, pas besoin de trop les transformer, le plat est fait ». Le chef accorde une totale confiance à ses fournisseurs. Ce printemps, il cuisine « avec amour » un foie gras sauté aux fraises garriguettes, une poularde en deux services, un bar rôti à la rhubarbe, un abricot bergeron compoté à l’huile d’olive. Le Figaro Magazine

Tout est fait maison

On s’y sent comme à la maison. Les couleurs chaleureuses, le service décontracté et l’accueil amical y sont pour quelque chose. Le restaurant s’élève sur trois niveaux, des demi-paliers qui autorisent aux clients une certaine intimité sans qu’ils ne se sentent isolés. Ici le maître mot est le respect du produit. Poisson sauvage, viande labellisée, tout est préparé maison. Le bonus: une cave composée de vins élaborés dans le respect de l’environnement